Chance (The Goldberg Variation)


Diffusion US: 12 décembre 1999
Diffusion Fr: 21 septembre 2000
Saison :
Episode : 7x02
Audiences : 14,49

Synopsis : Mulder et Scully enquêtent sur un homme qui a la chance d’avoir... heu... de la chance héhéhé. Mais cette chance mystérieuse engendre bien des problèmes aux autres...

Dans les coulisses : Analyse de Paul-André :

Les variations de Golberg sont d’un compositeur comtemporain sur des musiques de Jean-Sébastien Bach.

Bon premièrement les variations Goldberg fut écrit par Bach pour Johann Teophill Golberg (bien sûr :o))… il était le claveciniste chez le comte Keyserlingk, c’est une aria à 30 variations… et un fait que je trouve très intéressant peut-être ayant un lien avec la série c’est que Goldberg devait jouer pour son seigneur lors de ses nuits d’INSOMNIE!

Analyse de Seb :

Pour les variations Goldberg, il s’agit vraiment d’une oeuvre de BACH, pour clavier, d’ailleurs l’une des plus appréciées ! Elle s’appelle ainsi en référence à la personne qui lui a commandé cette oeuvre. Les musiques des compositeurs classiques étaient majoritairement des commandes, ils ne pouvaient vivre sans mécène, point de retombées SACEM bi-annuelles ! Les variations sont basées sur ce principe : l’exposé d’un thème relativement simple rythmiquement, et des variations qui complexifient le rythme et densifient le discours, chaque variation introduisant son propre motif.

Les variations Goldberg sont composées d’une Aria (la pièce de réfèrence) et de 30 variations.

La chance du personnage de cet épisode va peut-être croissante, et les conséquences autour de lui deviennent de plus en plus complexes : c’est peut-être cette image des variations qu’ont voulu mettre en avant les créateurs de la série.

Outre les références aux variations de Goldberg par J. S. Bach, le titre de l’épisode fait également référence à Rube Goldberg (1883-1970), très célèbre encore aujourd’hui. Goldberg était un artiste, détenteur du prix Pulitzer, rendu célèbre par ses dessins représentants des machines extrêmement complexes effectuants des tâches ridiculement simples. Des machines utilisant surtout des éléments simples, animaux ou végétaux plutôt que technologiques.

– L’homme qui joue Monsieur La Chance, Henry, dans cet épisode a également tourné dans la série ”Sex and the City”, où il incarnait le personnage de Stanford, un ami de l’héroïne Carrie Bradshaw. Et devinez qui en faisait la voix : George Caudron, alias doubleur de la voix de Mulder dans ”X-Files”. Le monde est petit, n’est-ce pas ?